Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Steve Howe : Skyline (2002 - cd - parue dans le Koid9 n°44)

(661 mots dans ce texte )  -   lu : 122 Fois     Page Spéciale pour impression

StevHowe_Skyline.jpg

Le guitariste de Yes est particulièrement productif depuis une douzaine d’années, période durant laquelle de nombreux albums solos ont vu le jour. Par définition Steve Howe est un guitariste "progressif", son jeu et son inspiration proviennent de sources extrêmement diverses et parfois inattendues, ce qui abouti le plus souvent à un résultat très original.

"Skyline" est sorti sous la forme d’un beau digipack sur Inside Out, un label décidément très actif depuis quelques temps, et qui cette fois sort carrément des sentiers du hard prog ou même du progressif. Enregistré avec l’aide de son ami le claviériste Paul Sutin, cet album représente une nouvelle expérience pour Steve car ces douze morceaux (dont 10 instrumentaux) contiennent une part plus ou moins importante d’improvisation et sont plutôt calmes même si l’on y retrouvera la patte du guitariste pour élaborer de riches arrangements en utilisant tout un ensemble de guitares et autres instruments à cordes sur la plupart des morceaux.

Howe a depuis un certain temps (depuis "Natural timbre en fait) décidé de proposer des arrangement très fouillés, avec bien souvent de multiples parties de guitare acoustiques et électriques, en bref de véritables orchestrations sur des morceaux assez "légers".

On remarque très vite qu’il n’y a pas de batterie sur cet album, seulement quelques percussions occasionnelles jouées par Sutin lui-même. Tous les autres instruments sont joués par Steve (guitares électriques et acoustiques, pedal steel, mandoline, mandola, sitar électrique, basses, koto, autoharpe, synthés). De fait, "Skyline" est très calme, détendu, mais néanmoins varié.

On s’imagine parfois au bord de l’océan en Californie en écoutant certains titres : par exemple sur "avenue de bel air", qui s’étale sur près de 7 minutes avec une guitare électrique jazzy au son très doux sur fond de koto, de mandoline et de synthés planants aux sonorités très pures.

Howe est un grand fan de Chet Atkins et cette influence se retrouve fréquemment mais sur cet album il rappelle aussi parfois Django Reinhardt, comme sur "camera obscura" un autre long morceau qui prend une couleur assez passéiste et rappelle le jazz français, le Saint-Germain-des-Prés d’une époque révolue, sur fond de piano électrique… mais aussi avec des mandolines !

"Secret arrow" et "simplification" sont plus intimistes, contenant de superbes mélodies mélancoliques développées sur deux guitares acoustiques pour le premier et deux guitares électriques cristallines pour le second, le tout sur un fond de claviers magnifiques.

A ce propos, les claviers utilisés sur cet album sont le plus souvent très modernes, très purs, ce qui contraste parfois avec le son très naturel des guitares de Howe, encore que "moon song" ou "the anchor" baignent dans une atmosphère mystérieuse, aquatique, où les guitares électriques ressemblent presque à un chant de sirènes.

Quelque soit l’inspiration des morceaux, le guitariste de Yes réussit le plus souvent à charmer l’auditeur avec ses sonorités cristallines, la fluidité et l’aisance de son jeu particulièrement remarquable sur cet album où, effectivement, on sent bien qu’il se laisse aller à improviser et ce, avec beaucoup de talent.

D’accord, Howe s’égare parfois un peu, comme cela arrivait sur le deuxième album avec Paul Sutin intitulé "Voyagers" : deux ou trois morceaux sautillants avec des rythmes de type caraïbains et guitare hawaïenne, qui plus est un peu monotones, pourront paraître plus ou moins ennuyeux ("resonance", "moment in time") mais il est sûr que "Skyline" a aussi pour but de distraire agréablement, il s’agit d ’un album très frais, plaisant, parfois mélancolique, propice à la rêverie, une sorte de carte postale d’une fin d’été dans différents endroit du monde. Un album un peu trop calme pour certains (qui diront "mou", bien sûr !) mais pourtant très intéressant pour quiconque aime les guitares et souhaite se détendre en même temps.

Marc Moingeon




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0346 seconde(s)