Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Il Castello Di Atlante : Concerto Acustico (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°60)

(684 mots dans ce texte )  -   lu : 126 Fois     Page Spéciale pour impression

IlCastelloDiAtlante_ConcertoAcustico.jpg

Si Il Castello di Atlante a déjà 5 albums studio à son actif, le groupe n'avait jusqu'à ce jour laissé aucune trace "live". C'est maintenant chose faite avec ce "Concerto acoustico". Mais nos transalpins n'ont pas fait dans la facilité. Ainsi plutôt que d'enregistrer un bon concert et de le refourguer tel quel, ils se sont attachés à réécrire leurs musiques, et à les rhabiller pour les offrir dépouillées et donc acoustiques. Ne haussez pas les épaules, car pour des musiciens de prog, donc qui ne vivent pas de leur musique, consacrer du temps et de l'énergie à proposer une relecture de leurs morceaux est non seulement culotté mais plutôt coûteux en temps. En plus il faut que les nouveaux costumes soient au moins aussi intéressants que les précédents, sinon quel est l'intérêt, mais surtout il va falloir ensuite répéter, apprendre, réapprendre et répéter encore pour finalement offrir au public et aux micros qui captent l'évènement la partition et le rendu parfait. Et ça messieurs, dames, ça s'applaudit.

Toujours produit par le fidèle Beppe Crovella, ce CD a été enregistré par Enrico Perucci (Calliope) le 13 janvier 2006 au Art Rock Acustico de Novera. Le CD offre un peu plus de 65 minutes et 8 morceaux.

Tout d'abord saluons la belle balance, car tous les instruments que l'on va entendre, guitares acoustiques, basse acoustique, violon, pianoforte et voix sont superbement équilibrés et ça c'est la pierre angulaire d'un bon concert et également d'un bon enregistrement.

"Non puoi fingere" avec "Cavalcando tra nuvole" et "Questo destino" sont les trois morceaux consacrés à "Quintessenza" le dernier disque en date (2003).

Paolo me confiait qu'il voyait peu de différences entre les versions acoustiques et électriques. C'est vrai que le propos de Castello di Atlante est souvent déjà acoustique à la base pourtant le groupe m'a rapporté y avoir travaillé de octobre 2005 à janvier 2006. C'est vrai que les structures, les murs maîtres des morceaux ne changent pas, mais Castello a osé se montrer plus nu encore et démontrer davantage la force de ses compositions.

Curieusement débarassée de tout artifice, la musique prend plus de force, devient plus intemporelle même si ses racines médiévales s'affichent clairement.

Le choix des morceaux fait beaucoup à la réussite du projet et même les très anciens comme "Il saggio" ou "Il pozzo" écrits en 75 et 76 (même s'ils n'apparaissent qu'en 92 sur le 1er album "Sono lo il signore...") prennent une toute autre dimension, preuve de leur beauté intrinsèque.

Tel "Semplice" écrit en une nuit du printemps 81 où le violon de Massimo, prépondérant, contribue à une chaleureuse soirée et renforce le côté festif de ce projet d'un soir.

Un autre exemple de réécriture concerne "Volta la pagina" seul extrait de l'album "L'ippogrifo". Déjà plutôt acoustique originellement, son traitement d'aujourd'hui le dépoussière et l'offre à l'intemporalité. (Mais comme tout est relatif, pour un temps seulement...).

Paolo m'avait beaucoup parlé au Progsud de l'amitié qui unit tous les membres du groupe. Il suffit de lire les annotations du livret qui décrivent chaque morceau pour se rendre compte à quel point Castello di Atlante est d'abord un groupe d'amis de très longue date. C'est aussi cette amitié qu'ils célèbrent en jouant "Omer" extrait de "Passo dopo passo" (93) en mémoire à un des leurs disparu en 2001.

Le plus flagrant dans ce disque, c'est à quel point on sent que les musiciens défendent leur patrimoine. Je veux dire, bien sûr leurs propres compositions, mais aussi leur culture et tous les évènements qui les ont construits et fait créer ces pièces en leurs temps.

Aujourd'hui néanmoins plus mûrs ils peuvent mettre l'accent comme et où ils le veulent sur chaque note de chaque phrase. Cela donne aujourd'hui de magnifiques interprétations pleines d'émotions et de liberté.

Si vous êtes fan du groupe un disque qui devrait renforcer votre addiction sans problème. Pour les autres une belle soirée avec une bande de troubadours des temps anciens.

Bruno Cassan




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0833 seconde(s)