Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Iona : Live In London (2005 - 2 dvd - parue dans le Koid9 n°60)

(380 mots dans ce texte )  -   lu : 125 Fois     Page Spéciale pour impression

Iona_LiveInLondon.jpg

Voici un DVD placé en tête de gondole en amont du nouvel album studio attendu après sept ans d’absence. Bonne chose. Il faut dire que la discographie des anglais ne lasse pas de se laisser écouter. Avec des groove relativement paisibles et un univers pétri de soleil, Iona se dévoile aussi avantageux sur scène que devant la console du son. Pour se consoler de ne pas avoir assisté à la performance, la double ration présente un éventail de titres imparables.

Avec cette ambition de tester la résistance aux mélanges folk, traditionnel, rock et progressif, le quintet exploite espièglement sa propre idée d’un cocktail musical à la trame inspiré. Les compositions culminent parmi ce qu’ils ont produit de meilleur ("wave after wave", "castlerigg", "encircling", "factory of magnificent souls", "bi-se part 2" entre autres) et le groupe remplit son cahier des charges avec un sens inné de la mélodie.

Il faut dire que depuis ses débuts, la formation n’a guère changé et n’a jamais vu décliner sa qualité d’écriture, se permettant même de naviguer sur des versants de plus en plus aventureux. Sans jamais oublier sa touche d’élégance, les rythmiques imposées par les discrets Phil Baker (basse) et Frank Van Essen (batterie) appuient le duo virtuose Dave Bainbridge (bonjour Oldfield - Hackett - Latimer)/Troy Donockley (instruments à vent, bouzouki) dont on peut recommander l’art de l’émotion.

Peut-être certains trouveront cette musique un peu lisse. Trop jeans blancs pour débroussailler les routes saturées de décibels qui s’imposent régulièrement. Pas de chance ma p’tite dame ! Iona ne fait pas dans la décharge grossière et assourdissante. Non. En guise de réponse définitive, le set acoustique déploie même de rares nuances poétiques et la voix velouté de Joanne Hogg passe le premier écran céleste avec un chant plus remarquable que jamais. Voici un beau concert, calme, dans un joli décor, dôté d’une bonne acoustique et d’un son itou. La réalisation tient la route pour un produit au budget "limité" mais la mise est rafflée par la musique : régal intégral et petit miracle forcément indispensable à tout amateur de pure évasion.

Cyrille Delanlssays

Infos sur le site officiel




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0276 seconde(s)