Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

IQ : Forever Live (2008 - 2 dvd - parue dans le Koid9 n°65)

(578 mots dans ce texte )  -   lu : 118 Fois     Page Spéciale pour impression

Iq_ForeverLive.jpg

Retour en arrière : John Jowitt, le bassiste du groupe, récemment arrivé, a encore des cheveux. Le groupe anglais vient de réintégrer son chanteur d'origine Peter Nicholls après avoir fait l'expérience Paul Menel. Peter aussi arbore une touffe qu'on ne lui connaît plus aujourd'hui même s'il a de beaux restes. Nous sommes en 1993, au soir du 12 juin, à Kleve, Allemagne, pour être précis (la ville du label InsideOut), et c'est un concert un peu particulier puisque, enregistré et filmé, il est clairement destiné à constituer LE live officiel du groupe, les tentatives précédentes ayant été jugées non satisfaisantes.

C'est aussi le début d'une période faste pour le quintette, car après l'excellent "Ever", ils ont sorti le non moins excellent "Subterranea" en 1997, un concept-album ayant permis à Peter Nicholls de sublimer ses qualités de frontman avec un spectacle époustouflant. Si "The seventh house" et "Dark matter", les deux albums qui ont suivi, se situent pour moi un cran en dessous—n'en déplaise aux afficionados, qui me voueront aux gémonies pour ça—ils demeurent très bons aussi et sont le fruit du line-up classique, aujourd'hui défunt.

Les nostalgiques le regretteront. Mais avec de double DVD ne nage-t-on pas en pleine nostalgie, de toutes façons ? Peter Nicholls nous fait par exemple son fameux numéro avec masque et cape. Alors autant y aller à fond. Car s'ils l'ont enregistré en 1993, ce n'était pas pour le laisser dans les cartons jusqu'en 2008, hein... Ce concert avait déjà été publié une première fois en 1996 sous la forme d'un luxueux objet aujourd'hui introuvable contenant un double CD et une cassette VHS. Le double CD avait ensuite été ressorti seul en 2000.

Aujourd'hui, cette version DVD propose une nouvelle fois le même document (il faut croire qu'ils l'ont à coeur) mais avec un son remixé et disponible en stéréo et en Dolby Digital 5.1. L'image et propre et les prises de vue agréables. Les effets sont sympathiques et viennent contrebalancer le jeu de scène un peu guindé de Peter Nicholls. L'objet en lui-même est assez joli : il s'agit d'un digipack à quatre volets se glissant dans un étui noir et agrémenté de photos d'époque (!).

Le second DVD est bonus. Il contient des tonnes de choses et notamment le titre "no love lost", qui avait été joué en troisième rappel lors du concert et figurait sur le double CD original : les caméras avaient paraît-il arrêté de filmer à ce moment là. Pourtant, on les voit s'agiter devant la scène... bizarre. On y trouve aussi "wiggle", qui a quant à lui souffert du changement de support d'enregistrement d'image et n'avait pas été filmé. L'image pour ces deux morceaux est donc tirée d'un film amateur, c'est-à-dire de qualité très inférieure. La bande son par contre, bénéficie de la même qualité que le reste du concert. On y trouve encore des versions précoces de certains morceaux de "Ever", d'autres enregistrements d'époque et une interview de Peter Nicholls.

Cette version double DVD se destine donc non seulement à ceux qui avaient loupé le coche en 1996 et en 2000 mais aussi à ceux qui souhaiteraient bénéficier d'une qualité d'image et de son améliorée. Pour ceux que les bonus attirent, il y a aussi de quoi meubler les longues soirées d'été qui s'annoncent...

Benoît Herr




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0407 seconde(s)