Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Attila Kollar : Musical Witchcraft (1999 - cd - parue dans le Koid9 n29)

(362 mots dans ce texte )  -   lu : 184 Fois     Page Spciale pour impression

AttilaKollar_MusicalWitchcraft.jpg

Quoi de neuf à l'Est ? Rien que du tout bon ! (ou presque !). Jugez en plutôt: un "After Crying" instrumental (toujours un bonheur !), un pompeux et jouissif "Spartacus" de Rumblin' Orchestra (servi à la sauce ELP) et... "Musical witchcraft" ("Zenei boszorkànykonyha" pour les intimes) de Kollar Attila, pas si inconnu que cela puisqu'il s'agit du flûtiste de la légendaire formation hongroise Solaris.

Mais revenons donc à cet opus en solitaire qui mérite bel et bien toute notre attention. Flûtiste oblige, traversières, tin whistles et autres flûtes à bec sont mis à l'honneur tout au long de cette oeuvre totalement instrumentale. Niveau influence, on comparera cette franche réussite au Jethro Tull le plus inspiré, à un Gryphon en plus rock (pour ce qui est des effluves moyenâgeuses) ou encore au Mike Oldfield des "Hergest ridge" et "Ommadawn" (thèmes celtisant, prédominance des guitares acoustiques). La musique de Kollar Attila se fait tantôt classique, tantôt folk, l'ensemble servi dans une dynamique rock assez bien enlevée. En effet, même si l'oeuvre comporte une majorité de passages plutôt calmes, on ne s'endort guère: la musique se montre riche en rebondissement, laissant une large place à de nombreuses envolées de flûte dignes des grandes heures de Solaris. De plus, notre "fluti-multi-instrumentiste" s'est offert les services d'un certain Vamos Zsolt à la guitare électrique qui ponctue le disque de délicieux solos de très haute volées. Encore une fois, l'impact typiquement "rock-prog" de ses interventions guitaristiques (tiens ! il n'est pas dans le dico ce mot là !) évite définitivement à ce CD d'être catalogué au rang des productions "new-age" (piège où l'auteur pouvait foncer tête baissée). Il n'en est rien et heureusement ! Voilà donc un disque qui donne envie d'aller danser avec un troll sous un vieux chêne, à l'orée du bois (tiens, en voilà une drôle d'idée! pourquoi pas avec Baba Yaga la sorcière tant qu'on y est ?!). Amis des Elfes, des fées et des lutins, ce disque au délicat parfum de légende est fait pour vous !

Philippe Vallin




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0389 seconde(s)