Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Daisuke Kunita : Fuzzy Logic (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°64)

(376 mots dans ce texte )  -   lu : 112 Fois     Page Spéciale pour impression

DaisukeKUNITA_FuzzyLogic.jpg

Né en 1980, ce prodige de la guitare se fait remarquer dans son pays lorsqu'il épate le jury du Gibson Jazz Guitar Contest (concours) de 2005 après avoir passé plusieurs années au renommé Berkley Collège of Music de Boston.

Ce "Fuzzy logic", son premier effort fait un peu plus de 54 mns pour 7 morceaux si on enlève la dispensable intro.

Ceux qui se sont arrêtés au mot jazz dans l'énoncé du concours plus haut, ne vont rien comprendre lorsque débute "fragments", on y entend plutôt un Alan Holdworth jouant du Satriani !!

La deuxième impression est que notre homme est intelligent car la basse de Jiro Okada (Prism) et la batterie de Eiji Tanaka ont non seulement de l'espace pour s'épanouir, mais ils participent tout autant que la guitare à un disque absolument époustouflant où les claviers et le piano de Kan Sano sur 4 morceaux et le sax de Eiji Otagawa sur le 8ème contribue à offrir non pas un énième disque de guitariste mais à une galette multi-facettes. En effet difficile de classer ce disque tant beaucoup de genres sont abordés, non pas les uns après les autres mais en un savant mélange où les solos ne sont jamais prétentieux ou envahissants. Souvent punchy les morceaux voient y flirter jazz-rock, hard, jazz, funk et même prog. Ce côté prog Daisuke le doit au batteur de T. Square, Hiroyuki Noritake avec qui il fit quelques concerts.

J'ai déjà cité deux grands guitaristes, on pourrait y ajouter un Steve Ray Vaughan ou un John Etheridge tant ce gars est talentueux, capable de descentes vertigineuses ou de feeling inspiré. Disque hors norme et vraiment conseillé, aucun reproche sauf peut-être sa trop grande perfection, car il ne sonne aucunement japonais et pourrait presque prendre place dans toutes les discothèques spécialisées tant il vrai qu’il ne s’éparpille pas. Mais je ne crois pas que cela provienne d'une volonté délibérée de plaire, c'est juste la création d'un immense talent révélé aux yeux du monde…

Bruno Cassan




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0265 seconde(s)