Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Khatsaturjan : Disconcerto Grosso (2010 - cd - parue dans le Koid9 n°74)

(412 mots dans ce texte )  -   lu : 115 Fois     Page Spéciale pour impression

Khatsaturjan_DisconcertoGrosso.jpg

Khatsaturjan, compositeur classique de l?ex-URSS, est devenu l?un des phares de la prog'? finnoise. Et croyez-moi, ces Finlandais-là ne font pas semblants puisqu?ils se sont biberonnés des années durant à Dvorak, Moussorgski et Prokoviev. Autant dire qu?ils ont une épaisseur culturelle de taille façon Deutchgramophon. Nos amis Ilkka Saarikivi (claviers), Ilkka Piispala (batterie), Atte Kurri (guitare) et Jaakko Koikkalainen (basse) avaient sorti un premier CD en 2006, "Aramed forces of simantipak", chroniqué dans le Koid?9 n°59. Y étaient stigmatisés en vrac un talent certain mais une certaine emphase et des vocaux en dessous de la moyenne malgré les efforts de tous. On peut appliquer les mêmes remarques ici pour ce "Disconcerto grosso" malgré quelques progrès sur les voix, enfin ça dépend des morceaux. Le cursus classisant des uns et des autres transpire dès la première plage "a rhyme of a dime" qu?on croirait extraite d?un vieux Queen époque "A night at the opera" avec la voix haut perchée et la guitare à la May. "reality escapade saga" nous laisse un peu dubitatif, rien qui ne soit inoubliable, avant que le combo renforcé par le vocaliste/violoniste Matti Muraja et le guitariste Tomi Tittanen ne s?attaquent à la face nord de son album  : "herculean". Il y a du Gentle Giant là-dessous avec une belle dose de virtuosité en sus mais aussi, comme souvent, d?inanité. A quoi bon les furieux changements si ce n?est pour ne jamais mettre la main ou l?oreille sur une mélodie qui vous capte  ? Ou alors pas longtemps? Le guitariste en met un coup, le clavier également  ; ça part dans tous les sens, on s?offre même des moments jazzy, puis nous voilà projetés sur la scène d?un théâtre gavés de récitatifs  ; pas de doute nos gars savent tout faire. Mais franchement, ça devient pour nous les travaux d?Hercule que de s?infuser les nombreux tableaux d?"herculean". Au fait, a-t-on des nouvelles des Hongrois d?After Crying  ? Classiques à la base, mais passionnants, eux. On préfère la sobriété mélodique de "presents hera and now" ou de l?aérien puis trépidant "dusk". Mais un autre pavé attend l?auditeur attentif au coin de ce "Disconcerto grosso"  : "the tunnel", qui commence doucement mais n?est pas décidément très bien chanté en dépit là encore des nombreux changements de cap mélodiques. Les nuits peuvent être longues dans le nord de la Finlande  ? Les CD aussi.

Jean-Marie Lanoë

 




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0232 seconde(s)