Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

King Crimson : Epitaph Vol.3 & 4 (2006 - 2 cd - parue dans le Koid9 n°60)

(1278 mots dans ce texte )  -   lu : 94 Fois     Page Spéciale pour impression


Direct vers The Collectable Volume 1


Direct vers The Condensed 21st Century Guide

King Crimson a toujours été un groupe de scène. Nombre de musiciens ou tout simplement de mélomanes, ont eu leur révélation au cours d'une de leurs performances Live. D'ailleurs, Discipline Global Mobile ne s'y trompe pas et propose de nombreux enregistrements Live, qu'il s'agisse de Live "officiels" ou—le plus souvent—de bootlegs, ce qui permet de compléter sa collection de versions du fameux "21st Century Schizoid Man"—en plus du EP "Schizoid man" sorti par Virgin en 1996, qui en propose déjà 5. Les trois récentes sorties du label portent désormais ma collection personnelle de versions de ce morceau à au moins quarante-douze, voire plus ; voici, par ordre d'apparition à l'écran, d'un double CD Live de 1969, un double CD Live de 1974 et un double CD compilation d'enregistrements studio couvrant les 35 ans de carrière du groupe.


Epitaph Volumes Three & Four

Témoignages Live d'une époque fondamentale pour le Roi Pourpre, avec Pete Sinfield crédité aux "words & illumination", la série des Epitaph avait été publiée une première fois en 1997. Bien sûr, la qualité n'est pas au rendez-vous, les enregistrements ayant été faits avec les moyens de l'époque. On peut même y entendre par endroit que le mellotron n'est plus dans le ton du fait d'une alimentation électrique trop faible. En effet, lorsque les besoins en électricité étaient plus importants du fait des spots ou parce que le groupe jouait soudain plus fort, la tension d'entrée du mellotron, qui n'était alors pas équipé d'un régulateur, chutait et désaccordait l'instrument. Mais l'intérêt historique de ces deux Live rend l'objet précieux.

Les volumes 1 et 2 concernaient la tournée américaine et les sessions de la BBC à l'époque. Ces volumes 3 et 4 concernent la partie anglaise des apparitions scéniques du groupe, composé alors de Robert Fripp, Ian McDonald, Greg Lake et de Michael Giles, au cours de l'été 1969.

Le premier CD propose l'intégralité du set du Plumpton Festival le 9 août 1969, le second une grande partie de celui du Chesterfield Jazz Club, le 7 septembre 1969. La setlist est très comparable entre l'un et l'autre des CD, à l'exception notable du remplacement de "In the Court of the Crimson King" par "Epitaph" à Chesterfield. À noter la présence de "Mars", premier des neuf mouvements des Planètes de Holst (que l'on retrouvera sur In The Wake of Poseidon sous le nom de "The Devil's Triangle") et de trois compositions inédites : "Drop In" (Volume Four uniquement), "Travel Weary Capricorn" et "Mantra", une plage d'improvisation.

L'enregistrement du festival de Plumpton est le résultat d'une compilation de cinq bootlegs différents qui a permis de recréer l'intégralité du concert avec la meilleure qualité possible, solo de batterie de Michael Giles compris. Le concert de Chesterfield a été édité à partir d'une cassette personnelle de Robert Fripp.

L'intérêt de ce double Live est donc avant tout historique et révèle déjà le colossal potentiel musical du groupe, qui allait s'exprimer dans les années à suivre, avec les avatars que l'on sait.


The Collectable King Crimson – Volume 1

Depuis longtemps, le label propose aux fans d'abord triés sur le volet puis à un public plus large via son site Internet, les enregistrements du King Crimson Collectors' Club (KCCC) qui couvrent toutes les périodes du groupe. Depuis novembre 2005, DGMLive propose également ces enregistrements en téléchargement et désormais sous la forme de ces "Collectable KC" dont voici, comme son nom l'indique, le premier volume. Compliqué, tonton Robert ? Mais non, mais non...

La version non-éditée du fameux concert du 28 juin 1974 à Asbury Park, New-Jersey, réunissant un lineup de rêve avec David Cross au violon, au mellotron, au piano électrique, John Wetton à la basse et au chant, Bill Bruford à la batterie et bien sûr Rober Fripp, a été mise à disposition sur DGMLive dès l'ouverture du site pour le plus grand bonheur des fans. En voici un CD. La version éditée en studio de ce concert a été publiée en 1975 et est connue sous le nom de USA, un excellent Live au demeurant, ressorti en 2002 dans le cadre des rééditions pour le 30ème anniversaire du groupe, toujours éditée, donc pas naturelle.

Certains vouent une sorte de culte à ce concert et ont toujours voulu savoir ce qu'on leur avait caché et ce qui s'était réellement passé à Asbury Park sur le morceau du même nom ou après le fade out de Easy Money. Le second CD de ce Volume 1 présente la version brute de fonderie de ce concert mythique, enregistrée à partir des bandes multipistes analogiques originales, sans les overdubs d'Eddie Jobson que l'on trouve sur USA. La qualité de l'enregistrement demeure excellente, même si elle est un poil en dessous de la version éditée.

Le premier CD de ce double album est une réédition du concert de Mayence, donné le 30 mars de la même année, au cours de la même tournée, devant un parterre où se pressaient de nombreux GI. Même lineup, setlist sensiblement différente, parsemée d'improvisations, qualité de l'enregistrement, réalisé à partir d'une bande stéréo, légèrement inférieure. Il s'agit en fait de la réédition du Collectors' Club n° 15, qui avait été publié en mars 2001.


The Condensed 21st Century guide to King Crimson

Toujours très pédagogue et à la recherche du renouvellement de son public, Robert Fripp propose depuis longtemps de nombreuses compilations censées éduquer les jeunes oreilles à sa musique (Beginners' Guide, Frame By Frame, etc.). Les deux coffrets de 4 CD appelés 21st Century Guide to King Crimson, dont le premier volume couvre la période de 1969 à 1974 et le second celle de 1981 à 2003 sont de très beaux objets, bénéficiant d'une qualité sonore hors pair. Ils alternent à chaque fois un CD studio et un CD Live, tout deux d'une qualité irréprochable, ce qui permet de se faire une idée très précise de la carrière du roi pourpre.

Le corollaire de la beauté et de la qualité, c'est évidemment le prix, assez élevé dans le cas de ces coffrets. Le bon tonton Robert a donc pensé aux porte-monnaie les moins garnies, notamment ceux des plus jeunes, et ce Condensed 21st Century guide propose, sur deux CD, comme son nom l'indique, un condensé de la carrière de KC à la manière de ce que ferait un Reader's Digest avec l'oeuvre de Marcel Proust, avec la même qualité sonore que les coffrets ; seules les plages studio ont été retenues et le découpage temporel est fort logiquement le même.

Généralement farouchement opposé aux compilations, j'admets cependant l'utilité purement pratique de celle-ci, vraiment représentative du meilleur de KC, de l'incontournable "21st Century Schizoid Man" (encore...) à "The Power to Believe" en passant par "Cat Food", "Starless", "Red", "Elephant Talk", "Matte Kudasai", "Three of a Perfect Pair", "VROOOM" ou "Dinosaur".

Mais il est indispensable que l'auditeur qui aura découvert et apprécié le Roi Pourpre au travers de cette compile se procure le vrai KC, celui des albums studio et surtout des nombreux Live... mais là, le budget ne sera pas le même. Enfin, quand on aime, on ne compte pas...

Benoît Herr






Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0445 seconde(s)