Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

André Matos : Mentalize (2010 - cd - parue dans le Koid9 n°74)

(621 mots dans ce texte )  -   lu : 99 Fois     Page Spciale pour impression

AndreMatos_Mentalize.jpg

Le premier disque d'André Matos avec ses nouveaux musiciens en 2008, "Time to be free", était un beau mélange de metal mélodique avec des éléments progressifs et des influences classiques occasionnelles qui rappelaient les débuts de Angra. "Mentalize" est subtilement différent. Au premier abord, l'album semble un peu plus simple, et peut-être un peu moins heavy également. Pas de grande pièce cette fois-ci, plutôt des compositions tournant autour de 4/5 minutes ou un peu plus mais quand même une réelle variété si l'on se donne la peine d'écouter attentivement. L'équipe est toujours la même  : autour de Matos (chant et piano), on trouve le guitariste Hugo Mariutti ?  qui co-signe une bonne majorité des compositions avec André et parfois certains autres musiciens  ?, son frère Luis à la basse, le second guitariste André Hernandes, le batteur Eloy Casagrande, et enfin Fabio Ribeiro aux claviers mais il ne semble pas toujours être présent, car Hugo Mariutti et André Matos sont également crédités, l'un aux claviers et l'autre au piano, sans parler de Miro Rosenberg aux arrangements et à la programmation  ! L'album est encore co-produit par le fameux Sasha Paeth, ce qui garantit d'ailleurs une très bonne production sonore.

Environ la moitié de ces douze morceaux est bâtie sur des tempos rapides (encore que parfois il y ait des changements de rythmes, un pont central plus lent comme cette magnifique partie majestueuse au centre de "leading on" qui ouvre le CD, entre autres). Pour le reste on a de tout, des rythmes saccadés, des tempos moyens. On remarque aussi deux ballades, une avec tout le groupe intitulée "back to you" et "a lapse of time" plus courte et intimiste, avec un arrangement piano/voix, deux moments plus calmes où André Matos se montre toujours particulièrement inspiré. D'ailleurs, de manière générale, c'est lorsqu'il évite le chant de gorge assez contraint qu'il me semble être le plus efficace.

Parmi les grands moments du disque, on peut citer l'inoubliable "shift the night away" assez heavy mais au refrain irrésistiblement accrocheur avec ch?urs épiques, sur un rythme linéaire très rapide, le plus orchestral et progressif "violence" et l'hymne "I will return", un morceau un rien AOR à la mélodie tellement forte qu'on a dès le début l'impression de déjà la connaître  ! Des titres comme ça, on en redemande  ! Petit détail qui a son importance  : les deux guitaristes nous offrent de sacrées descentes de manche mélodiques bien construites, des parties harmonisées, et on a même droit à un solo de synthé ici et là.

Effectivement, après des années et des années passées à écouter du metal et du rock progressif de tout poil, on ne peut s'empêcher de dire que "Mentalize" a un petit air de déjà entendu. Il y a du Iron Maiden, du Helloween, et évidemment du Angra (logique  !) dans cette musique? avec cette fois-ci un peu d'AOR de grande classe. Mais ce serait mentir que de ne pas signaler une touche définitivement personnelle, plus inattendue parfois, ici et là. Histoire de m'autoriser un souhait personnel, disons que j'aimerais voir André Matos développer davantage le côté orchestral de sa musique. Si on laisse de côté cette envie de découvrir quelque chose de vraiment nouveau, "Mentalize" est tout à fait réussi et appréciable. Beaucoup de très bonnes mélodies et une atmosphère souvent positive pour des morceaux interprétés par une équipe de musiciens vraiment doués. On aurait juste aimé un livret un peu plus fourni et des textes un peu plus lisibles  ; SPV semble vouloir encore réduire les coûts depuis sa reprise par Universal. Mais ce n'est qu'un détail. Bien joué, Mr Matos  !

Marc Moingeon




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.1731 seconde(s)