Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Magellan : Imposssible Figures (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°48)

(370 mots dans ce texte )  -   lu : 90 Fois     Page Spéciale pour impression

Magellan_ImpossibleFigures.jpg

Encore une formation de plus qui passe chez Inside Out ! Mais que va-t-il rester aux autres labels ? Revoici donc les inséparables frères Gardner et leur exubérance coutumière, avec Trent toujours aux manettes pour l'écriture et la composition, épaulés par un nouveau batteur, Jason Gianni, qui s'en tire plus qu'honorablement même s'il n'a pas le talent monstrueux de Brad Kaiser qui officiait sur l'album "Test of wills". La cadence de parution semble s'accélérer car le précédent opus "Hundred year flood" est sorti il y a à peine un an, alors que l'antépénultième "Test of wills" remonte à 1997. Il faut tout de même rappeler qu'entre temps Trent Gardner n'a pas vraiment chômé, puisqu'il a assumé le second CD d'Explorers Club et le magnifique opéra-rock Leonardo. "Impossible figures" se présente comme une synthèse impeccable de tous les styles de Magellan. On y retrouve le symphonisme alambiqué, un peu pompeux et truffé de breaks, héritage de Kansas, propre aux deux premiers albums. Mais aussi les nombreuses interventions de la guitare incisive et puissante de Wayne, des incursions du côté de la world music, du funk et même de la musique baroque (un thème de Jean-Sébastien Bach repris au piano puis au trombone), plus caractéristiques des troisième et quatrième albums. Tout au long des neuf morceaux de 2 à 10 minutes, Trent Gardner fait une fois de plus la preuve de sa grande maîtrise de la composition au service de mélodies complexes et puissantes. Quant aux textes, le moins que l'on puisse dire est que le syndrome "Neal Morse" a encore frappé, car ils tournent tous autour du thème de la quête spirituelle. Argh ! Mais que fait la police de la pensée (copyright George Orwell) ? Heureusement, Trent Gardner n'envisage pas de quitter Magellan pour le moment... L'édition limitée, superbement illustrée d'images de synthèse surréalistes, comporte un morceau supplémentaire qui ne dépareille pas le reste du disque. Avec cet opus Magellan maintient très haute la barre du métal progressif américain, pour le plus grand plaisir des amateurs de ce courant musical.

Bruno "Mais qu'est-ce que Dieu

vient faire là-dedans ?"Dassy




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0436 seconde(s)