Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Magenta : Metamorphosis (2008 - cd - parue dans le Koid9 n°66)

(252 mots dans ce texte )  -   lu : 92 Fois     Page Spéciale pour impression

Magenta_Metamorphosis.jpg

Avec ce quatrième album studio, Magenta retrouve l'inspiration de ses débuts tout en développant un néoprogressif à la fois plus technique et plus diversifié, au final plus ambitieux. L'ambition n'est pas seulement due à la longueur des morceaux, dont deux durent une vingtaine de minutes, mais aussi à un jeu de basse plus riche qu'auparavant, à l'apport inédit de discrètes touches metal sur certains passages, ainsi qu'à l'introduction d'une section de cordes. C'est plutôt rassurant après les remaniements importants vécus par cette formation, dont il ne reste comme membres permanents que les frères Steve et Rob Reed toujours aux manettes, Chris Fry à la guitare, et la chanteuse Christina Booth dont on apprend enfin le nom. La griffe de Magenta est donc toujours présente, avec sa profusion de claviers yessiens, sa guitare à la David Gilmour, la voix enjôleuse de Christina au timbre rappelant Annie Haslam, et la magie de la cornemuse irlandaise de Troy Donockley. Le tout se prête aux multiples rebondissements d'une musique d'une grande richesse mélodique, bien construite et inspirée. Toutefois, le ton est un peu plus sombre que sur les précédents CD, sans doute pour illustrer les thèmes des textes tournant tous autour de la mort, avec un livret rouge (magenta ?) et noir à l'avenant. Ce disque, bien produit par un groupe au meilleur de son art, confirme sa position de chef de file du néoprogressif britannique.

Bruno "Magentamorphose" Dassy




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0655 seconde(s)