Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Magma : K.A. (2004 - cd - parue dans le Koid9 n°52)

(490 mots dans ce texte )  -   lu : 102 Fois     Page Spéciale pour impression

Magma_ka.jpgAh Magma ! Quand on commence à parler de ce groupe, il faut généralement prendre du recul, tellement l’œuvre est particulièrement forte en tout point de vue. D’abord parce qu’elle représente tout un univers dont la naissance date de plus de trente cinq ans et qui continue à distiller des histoires légendaires sorties de l’imaginaire de Christian Vander. Ensuite, il y a cette musique riche en rebondissements, en puissance harmonique et rythmique, en intensité, puisant à la fois dans les registres de John Coltrane et d’Igor Stravinsky. C’est tout ce monde qui vient de rejaillir aujourd’hui avec la sortie de "Köhntarkösz anteria", le nouvel album studio de Magma, qui marque le retour aux morceaux fleuves. Bien sur, la durée d’un morceau n’est pas un critère de qualité, mais disons que le format type chez Magma est ici honoré. Il y a aussi une autre chose qui est respecté désormais : c’est la chronologie historique. Souvenons nous de la trilogie "Theusz hamtaahk", enfin sortie en live sous sa forme définitive il y a quelques années et dont le troisième mouvement était "Mëkanik destruktïw kommandöh". Nous étions, depuis, en attente d’une suite discographique. Cette suite, logique, n’est, ni plus ni moins, que le morceau épique de plus de quarante minutes appelé "köhntarkösz anteria" ou "K.A" écrit avant "kohntarkosz" (dont l’album du même nom était sorti en 1974, un an après "M.D.K") et qui n’a jamais été officiellement enregistré en son entier. Cependant les chanceux (dont moi) qui ont vut Magma en concert ces derniers mois ont pu déjà l’entendre. Maintenant que ce détail historique est réglé, regardons d’un peu plus près le contenu. Tout d’abord l’objet : superbe digipack avec photos des musiciens (même line up que sur la trilogie "Theusz hamtaahk" avec en plus, Himiko Paganotti au chant et Frédéric d'Oellsnitz aux claviers), et textes complets en kobaïen (ne cherchez pas de traduction en français !). Enfin, la musique : "K.A" est dans la lignée de "Köhntarkösz" que je considère personnellement comme le meilleur album de Magma. Contrairement au rouleau compresseur "MDK", "K.A" fait plus preuve de finesse mélodique et présente une richesse harmonique (gros travail sur les voix) exceptionnelle. La section rythmique (en particulier la basse de Philippe Bussonnet) est aussi à l’honneur. Je ne vous parle même pas de Christian Vander lui même, dont le jeu à la batterie est toujours aussi surnaturel. Résultat : "K.A" est un must pour tout fan et une parfaite entrée en matière pour le novice. Après un tel coup de maître, le groupe Magma aura, je l’espère, encore d’autres inédits à nous offrir. Je pense en particulier à "emëhnteht-rë" dont "köhntarkösz" était censé être le dernier mouvement. Affaire à suivre… En attendant, profitons en pour les voir en concert. Ils seront au Triton en Mai 2005 en résidence pendant un mois.

Patrick Robinet

DĂ©tails et sons sur Seventh Records


Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0637 seconde(s)