Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Mandalaband : BC - Ancestors (2009 - cd - parue dans le Koid9 n°72)

(671 mots dans ce texte )  -   lu : 75 Fois     Page Spéciale pour impression

Mandalaband_BCAncestors.jpg

"BC - Ancestors" ressemble successivement à pas mal d'autres albums et à aucun, tout simplement parce que, malgré des références identifiables l'album est superbement varié. On pourrait citer Alan Parsons Project, BJH aussi bien que Peter Gabriel ou même Procol Harum. Entre instrumentaux symphoniques et chansons plus ou moins légères ou plus sombres et sérieuses (certaines sont également très symphoniques), passages atmosphériques, ambiances solennelles, l'auditeur trouvera une grande variété d'ambiances, un peu d'ailleurs comme sur les deux premiers albums du groupe. Pourtant "BC – Ancestors" est bien différent. Grâce au claviériste José Manuel Medina et à Woolly Wolstenholme, sans parler du polyvalent Troy Donockley (qui joue aussi des guitares et du bouzouki, en plus des cornemuses et des flûtes), Dave Röhl produit des arrangements orchestraux absolument splendides et criants de réalisme ("ancestors", "aten", etc.).

La coloration musicale est parfois orientalisante (thème oblige) avec des percussions variées mais aussi une guitare lyrique et typée blues, et des éléments celtiques… Si on voulait se livrer au jeu des étiquettes on pourrait parler de "world music symphonique ou progressive", choissiez vous-même, seul le résultat compte. Sophistiquée et accessible, souvent majestueuse et émouvante, parfois plus rock et entraînante, la musique de Mandalaband III est tout cela à la fois. Et sans aucun doute progressive, dans le sens le plus large du terme, même si les morceaux, tous plus ou moins enchaînés ne sont pas très longs (leur durée tourne souvent autour de 5 minutes).

L'enregistrement somptueux laisse chaque instrument briller, que ce soit ces arrangements purement symphoniques ou un bon vieux clavier classique (piano, orgue Hammond, etc.), la batterie et les percussions orientales de Kim Turner mêlées aux diverses flûtes et à la cornemuse de Troy Donockley, les guitares électriques et acoustiques, la basse de Craig Fletcher ou bien le chant augmenté parfois des chœurs féminins de Barbara et Briony Macanas.

Une des particularités parfois inattendue sur des morceaux symphoniques est la guitare bluesy mais fluide et véloce de Ashley Mulford, qui me rappelle à la fois David Gilmour et Geoff Whitehorn de Procol Harum avec un son souvent plus cristallin que ce dernier.

Quant aux deux morceaux de Woolly Wolstenholme, on se retrouve grâce à eux aux grandes heures de ses meilleures compositions pour BJH et Maestoso. Il s'agit de deux pièces symphoniques magnifiques, en particulier l'hymne émouvant "Nimrod", mais la voix fragile du claviériste aurait été avantageusement remplacée par celle de Marc Atkinson, par exemple ou celle de Barbara Macanas. Par contre, David Röhl est dur avec lui-même dans notre interview car il se révèle un chanteur tout à fait compétent, doté d'une belle voix grave, claire et suave, des qualificatifs que l'on peut aussi appliquer au chanteur Marc Atkinson, dont le timbre est un peu plus léger.

Et si le monde de la musique était honnête, une version légèrement raccourcie d'un morceau comme "melissa" (une ballade orchestrale rehaussée d'une basse fretless et d'une guitare électrique omniprésente, agrémentée d'une partie centrale atmosphérique où entend une courte narration) passerait en radio et deviendrait un franc succès !

De plus, le magnifique livret de 32 pages comportant les paroles et les crédits détaillés conçu par Ed Unitsky (encore une découverte de David sur Internet, probablement) est la cerise sur un gâteau déjà fort appétissant !

En tout cas, je vous recommande fortement de jeter une oreille attentive (et même les deux !) sur les extraits de cet album sur la page Myspace officielle de Mandalaband et de commander l'album directement à David. Définitivement une des meilleures surprises de cette année 2009. On ne peut que souhaiter le plus grand succès à ce projet afin d'en connaître la suite en 2010 !

Marc Moingeon

A lire Ă©galement l'interview de David Röhl rĂ©alisĂ©e en novembre 2009 par Marc, parue dans le mĂŞme numĂ©ro de Koid9




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0246 seconde(s)